L’AFECOP est toute jeune. Elle a le souhait de fonctionner en sociocratie. Pour l’instant, nous sommes en élaboration.

En attendant, voici les membres fondateur.rices.

Delrieu Emmanuelle

Ecopsychologue et Psychologue Développementaliste

Comment j’en suis venue à l’écopsychologie ? 

Au cœur de mon éco-anxiété, un article trouvé au hasard de Taleb sur l’écopsychologie a fait Eureka partout en moi. Le double postulat selon lequel les maux et souffrances des humains sont en résonnance avec ceux de la Terre et que la guérison des humains amène à la guérison de la Terre ont produit en moi un soulagement profond et des ouvertures vertigineuses. C’était la pièce manquante pour réconcilier ce que je sais faire et tout ce que mon être tend à faire : amener les êtres humains vers leurs guérisons intérieures et prendre soin du vivant. Ces trois racines grecques « echo », « psyche« , « logos« , se sont alignées en moi telles trois belles runes tracées et reliées pour faire vibrer une reliance. 

Qu’est ce que je veux transmettre à travers l’AFECOP ? 

Une verticalité pour prendre soin du vivant en sécurisant les dérives possibles et une horizontalité remplie de soin, d’amour, de partage et de rayonnement. Un cercle de médecine tout autour du caducée pour inscrire le soin dans sa transdisciplinarité au service du vivant. 

La citation que j’ai à cœur ?

« Le plus grand voyageur n’est pas celui qui a fait dix fois le tour du monde, mais celui qui a fait une seule fois le tour de lui-même. » Gandhi


Yoan Svejcar

Chercheur-praticien en Ecopsychologie et facilitateur de Travail qui relie

Comment j’en suis venu à l’écopsychologie ? 

A la suite de mes études en psychologie, je me suis engagé dans l’association militante Alternatiba qui m’a littéralement ouvert les yeux sur la situation climatique et sociale dans laquelle le monde est actuellement plongé. Je me suis trouvé démuni et impuissant face à mes ami.e.s militant.e.s sur comment changer le système, sensibiliser et motiver plus de personnes à s’engager, comment prendre soin du collectif et de nos souffrances, ou comment changer nos modes de vies. J’ai alors décidé d’entreprendre un tour du monde alternatif pour aller rencontrer des habitant.e.s d’écolieux qui ont changé radicalement leurs vies pour proposer des modes de vie plus harmonieux en réconciliant Nature et Culture. C’est dans ce voyage initiatique que j’ai découvert le champ de l’écopsychologie qui m’apparut alors comme une évidence. Un sentiment de joie et de profondeur m’ont fait comprendre que j’avais trouvé LA voie où je voulais agir ! 

Qu’est-ce que je veux transmettre à travers l’AFECOP ? 

Des savoirs, savoir-être et savoir-faire, qui préservent le vivant par le soin de soi, des autres et de la Nature. Permettre de tisser ensemble les connaissances pour mieux appréhender la complexité du réel pour faire émerger des sociétés saines et harmonieuses qui soutiennent la vie. 

La citation que j’ai à cœur ? 

« Avec tout ce que je sais, on pourrait faire un livre… il est vrai qu’avec tout ce que je ne sais pas, on pourrait faire une bibliothèque. » Sacha Guitry


Fanny Boëgeat

Ecopsychologue, Psychologue sociale et Cheffe de chœur

Comment j’en suis venue à l’écopsychologie ?

Formée en psychologie sociale et fortement sensibilisée aux enjeux climatiques, je souhaitais appliquer mes connaissances en psychologie pour soutenir la transition écologique. A la suite de longs mois d’exploration au sein d’écovillages du monde entier, j’ai découvert un mot qui fut pour moi comme la clef de voûte qui me manquait pour lier ces deux univers qui me passionnaient : l’écopsychologie. Ce mot donne aujourd’hui du sens à toutes les activités que je mène en tant que psychologue, des formations que j’anime aux ateliers de travail qui relie que je facilite.

La citation que j’ai à cœur ?

  • « Tu n’as pas besoin de tout faire. Fais ce que te dicte ton cœur ; l’action efficace vient de l’amour. Elle est inarrêtable, et elle est suffisante. » Joanna Macy